Flabuta aulhèra ou Chalemie à 8 trous

Il s'agit de la reconstitution d'un instrument de musique sur l'indication de témoignages recueillis au début du XXème siècle.

Félix Arnaudin décrit l'agencement des trous de jeu : 6 dessus et deux dessous un pour chaque pouce.

Mon choix a été d'agencer les trous afin de permettre de passer du mode majeur au mode mineur. Lecture personnelle ...

150 €

Les témoignages

La traduction

L'apréuen le flauüte a oueyt traucs. Qu'es hort bielhe, que bén dous anciéns. Gn'aué hort. A Arjuzan. Qu'ére héyte en sauüc ou autemën, mé en sauüc susquetout. Lou cap, lou carmét, qu'ère héyt d'ùu' plume ou d'un arrauc. Un tros de boy redon, crus, entremey lou sauüc é lou carmét. Lou soum : un tchic le bouhe, un tchic le flauüte.

Jean Douet, d'Arjuzanx

Aco qu'ére hort counechut a Arjuzan, Luggloun, Lengosse, Igos, Ousse, Sent-Yagen, tout lou péyis dous Sacules. Que disén pr'arride : Le musique dous Sacules.

Son épouse, d'Ygos.

Collecté par Félix Arnaudin en 1910.

Chants populaires de la Grande Lande.

Editions Confluences 1995.

Nous l'appelions la flûte à 8 trous. C'est un instrument très vieux, qui vient du temps des anciens. Il y en avait beaucoup à Arjuzanx. Elle était faite en bois de sureau ou d'un autre, mais surtout en sureau. Le bout, l'anche était fait d'une plume ou d'un tronçon de roseau. Il y avait un morceau de bois rond, creux entre le sureau et le chalumeau. Le son tenait en partie de la boha et de la flûte.

Jean Douet, d'Arjuzanx

C'était une chose très connue à Arjuzanx, Luglon, Arrengosse, Ygos, Ousse, Saint Yagen, dans tout le pays des Sacules. On disait pour plaisanter : La musique des Sacules.

Son épouse, originaire d'Ygos

Témoignage collecté par Félix Arnaudin en 1910. 

Chants populaires de la Grande Lande

Editions Confluences 1995.

© 2019 Yan Cozian